Socièté

”L’ estime de soi, un don pour une femme innovatrice” Annonciata Sendazirasa

Annociata Sendazirasa est l’une des femmes burundaises ayant gravi plusieurs échelons les plus en vue de la République. Ancienne deuxième Vice-Gouverneur de la BRB(2015-2020), elle est actuellement la Directrice Générale de la Mutuelle de la Fonction Publique, depuis le 25 Août 2020. Elle a exercé plusieurs fonctions au sein de la Banque Centrale telles que les responsabilités d’Administration et ressources humaines, préside certaines commissions techniques permanentes comme le Comité Stratégique de gestion des risques de la Banque Centrale, le Conseil de Surveillance du Fonds de pension complémentaire des Employés de la Banque Centrale et collabore surtout avec les Métiers-appui de la Banque (Direction juridique et Direction des systèmes d’information de la Banque).

Depuis le 29 janvier 2009 au 25 Aout 2015, elle était Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale. De 2009 à 2011, elle est membre du Conseil d’Administration du Bureau International du Travail (BIT) représentant l’Afrique Centrale. De 2009 à 2015, elle est membre du Bureau de la Conférence des Ministres Africains de la Fonction Publique (Institution de l’Union Africaine); Champion de la Thématique « Reconstruction et Développement Post Conflit des Administrations Publiques en Afrique ». Depuis le 2 mars 2008 au 29 Janvier 2009, Madame Annociata Sendazirasa était Conseillère Principale Chargée des Questions Politiques et Diplomatiques au Sénat du Burundi. De février 2000 à février 2008, elle était employée à Caritas International Belgique. De 2000 à 2003, elle était chargée des Relations publiques, Responsable de la Revue de Presse au Service Communication et de 2003 à 2008, elle était gestionnaire de projets, responsable pour les thématiques « Migration et Développement : et « Genre et Développement » au Département Etranger. De 1991 à 1992, elle était Coordinatrice C.E.A.L au Burundi (CEAL: Commission Episcopale pour l’Apostolat des Laïcs au Burundi) sous la Présidence de Mgr Simon Ntamwana, Evêque de Bujumbura à l’époque et Président de la conférence épiscopale.

L’actuelle Directrice Générale de la MFP a initié plusieurs réformes lorsqu’elle état Ministre de la Fonction Publique,du Travail et de la sécurité Sociale (FPTSS) entre 2009 et 2015. Six Institutions ont ainsi été initiées à cette période. L’une des réalisations phares fut la création de l’Office National de Pensions et Risques professionnels pour Fonctionnaires, Magistrats et Agents de l’ordre Judiciaire (ONPR). Cet office était attendu depuis 1965. L’ONPR a comme mission de s’occuper de deux régimes de pension et risque professionnel pour les fonctionnaires, les magistrats et les agents de l’ordre judiciaire qui n’avaient pas en réalité de pension légale, ni de régime de risque professionnel et ainsi, ne pouvaient réclamer d’être évacués à l’extérieur en cas de soins de santé indisponibles au pays. Lorsque leurs chauffeurs et plantons en avaient le droit car cotisaient à l’institut National de Sécurité Sociale (INSS), car ils sont régis par le Code du Travail à l’instar des entreprises du secteur privé, entreprises publiques et paraétatiques. D’autres Institutions créées sont entre autres le Secrétariat Exécutif Permanent de la Réforme de l’Administration Publique Burundaise (SEP/SERAP) ; le Comité National du Dialogue Social (CNDS) et son Secrétariat Permanent (SEP/CNDS) qui a permis de rétablir la paix sociale dans le Monde du travail burundais; l’Office Burundais de l’Emploi et de la Main d’oeuvre (OBM) ; la Commission Nationale de Protection Sociale (CNPS) et son Secrétariat Exécutif permanent (SEP/CNPS) et le Fonds d’Appui à la protection Sociale (FAPS). La création du FAPS lui a valu un trophée décerné par l’organisation Sous régionale dénommée East and Central Africa Social Security Association (ECASSA). Ce trophée lui a été décerné car c’était une première de mettre dans les textes légaux en Afrique de l’Est et centrale un fonds autofinancé par les Institutions de sécurité sociale en prélevant 1% des cotisations des travailleurs pour la prise en charge en matière de protection sociale de la population non encore couverte.

La première année, ce Fonds a pu récolter entre 700 et 800 millions de fBu des Institutions de sécurité sociale pour soutenir la population non couverte en matière de sécurité sociale. Cette somme a permis la mise en place des mutuelles de santé communautaires et d’autres projets sociaux. Une autre action qui n’a pas passée inaperçue, c’est la réhabilitation des ayants-droit des fonctionnaires hutus assassinés en 1972 qui auront attendu presque 40 ans pour jouir de leurs droits. Aujourd’hui, les conjoints survivants continuent de jouir de leurs droits de toucher la pension de veuvage et des soins de santé de la Mutuelle de la Fonction publique.

Madame Annonciata Sendazirasa est une femme apprêtée d’une grande expérience dans les Associations et Organisations de la Société Civile. Elle est présidente de l’Association NDERAGAKURA depuis 2010 jusqu’actuellement. C’est une Association d’appui pour la scolarisation des jeunes Batwa. Elle est Gestionnaire de la Maison Nderagakura où elle prend en charge des jeunes Batwa fréquentant l’école secondaire en zone Mivo/Ngozi. Elle est également présidente de l’Association « Rencontres des Acteurs Publics et privés pour le Développement Intégré durable/RAPID Action depuis 2015 à aujourd’hui. Elle est aussi Vice-présidente de l’Association IBUKAKARANGA de 2013 à nos jours. Cette Association culturelle est gestionnaire du Musée AGASAKA ka INARUNYONGA aujourd’hui. Elle a soutenu activement le Collectif des Associations Rumuri pour le Développement Socio-économique de Rukeco/ Ngozi depuis 2006, et reste membre d’honneur de ce collectif. En tant que femme, Annonciata Sendazirasa défend les droits des femmes au quotidien. Elle dit qu’une femme qui n’a rien ne peut défendre valablement ses droits. Pour elle, la femme doit conjuguer le Verbe Avoir, Savoir, Pouvoir intérieur et Pouvoir.

Avoir – Si la femme attend tout de son mari, il ne faut pas qu’elle s’attende à une estime quelconque dans son ménage.
Savoir – Une femme qui n’a pas étudié ne peut en aucun cas réclamer un poste de responsabilité. Pouvoir intérieur/Estime de soi. Une femme doit également avoir une dose de confiance en elle. Au cas contraire, elle ne pourra défendre ses droits; même si elle a fait de longues études. Pouvoir – Elle dit que la femme doit encore intégrer différentes organisations de la société civile, religieuses et partis politiques en vue de faire entendre sa voix et celle des autres femmes. Elle doit cesser de dire qu’elle est oubliée lorsqu’elle ne contribue pas d’une manière active au développement socio-politique et économique de son pays.

Madame Annonciata Sendazirasa est plurilingue, elle parle et écrit couramment le kirundi, langue maternelle, le français et l’Anglais et a une bonne connaissance du Kiswahili et du Néerlandais. En dehors du service, elle fait du sport comme la gymnastique tonique pour lier l’utile à l’agréable et aime les voyages. Elle est enfin mariée et mère de cinq enfants.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page