Santé

Les ISTs, doit-on les négliger ? Interview avec Dr Ndayizeye Aimé

Les infections sexuellement transmissibles (ISTs) s’attrapent par tout type de pratiques sexuelles non protégées: fellation, pénétration vaginale, orale et anale. Certaines se transmettent aussi lors d’un baiser. Elles peuvent être causées par plus d’une trentaine d’agents pathogènes sexuellement transmissibles. Ces derniers peuvent être des bactéries, des virus et des parasites.

Comment savoir si on a une IST?

Les symptômes varient d’une IST à une autre et des fois, peuvent être différents chez l’homme et chez la femme. Néanmoins, il existe certains signes alarmants quoi que tardifs chez la femme:

  • douleurs dans le bas-ventre;
  • boutons au niveau de la région des organes sexuels ou même sur l’ensemble du corps,
  • fièvre et les maux de tête,
    -démangeaisons,
  • écoulements anormaux au niveau des organes génitaux,
  • rougeur ou ulcérations des organes génitaux,
  • douleurs et/ou des brûlures ressenties lors d’un rapport sexuel (dyspareunie),
  • sensation de brûlure en urinant.

La Chlamydia, une IST très néfaste.

Très contagieuse, l’infection par Chlamydia appelée aussi chlamydiose est la première infection sexuellement transmissible très fréquente chez les jeunes. Causée par une bactérie, Chlamydiae trachomatis, cette IST se transmet lors des rapports sexuels non protégés comme toute autre IST. Contrairement à d’autres ISTs, la Chlamydia est souvent asymptomatique et peut passer inaperçue d’où le nom « maladie silencieuse. » Les signes peuvent également disparaître spontanément avant de réapparaître éventuellement plus tard parfois sous une forme différente. La maladie peut même être confondue avec d’autres ISTs comme la Blennorragie.

Conséquences de la chlamydia

La Chlamydia peut entraîner des dégâts néfastes si elle n’est pas diagnostiquée tôt et bien traitée. Les risques de complications concernent surtout les femmes et peuvent entrainer:
-des infections génitales hautes avec une infertilité probable (due à l’inflammation des trompes utérines),

  • des grossesses extra-utérines,
  • Selon les études finlandaises faites en 2001 sous la direction du Dr Tarja Anttila, de l’Institut national de santé publique de Finlande, la Chlamydia est présentée comme l’un des facteurs pouvant augmenter les risques du cancer du col de l’utérus,
    -L’infection peut également être transmise pendant la grossesse et provoquer chez le nouveau-né une conjonctivite.

Chez l’homme, l’infection à Chlamydia n’est souvent diagnostiquée qu’au stade d’épididymite (inflammation de l’épididyme, voie excrétrice accolée aux testicules par laquelle transitent les spermatozoides). Elle peut être la cause de l’infertilité. Dans des cas plus rares, l’infection se propage aux articulations par voie sanguine, produisant une inflammation. Il s’agit du syndrome de Fiessinger-Le- roy-Reiter. Il est donc important de consulter un médecin au moindre doute après un rapport non protégé et si nécessaire, suivre un traitement adapté a temps pour éviter les complications.

Conseils

  • Pour prévenir la contraction des ISTs, il est indispensable d’utiliser des préservatifs lors de chaque rapport sexuel avec un nouveau partenaire et limiter le nombre de partenaires sexuels,
  • Le traitement des ISTs se fait par antibiotiques et seul un médecin peut prescrire le type d’antibiotique et la dose nécessaire selon le cas. Généralement les symptômes disparaissent après une ou deux semaines. Lorsque ce n’est pas le cas, Généralement, de nouveaux examens s’imposent.
  • Les deux partenaires doivent être traités sans quoi les récidives sont presque certaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *