Art et culture

“Je proteste” un slam de Kerry Gladys Ntirampeba

Sujet tabou, ils préfèrent plutôt parler d’amour, ils préfèrent parler de tout sauf de la porte par laquelle les hommes voient le jour. Quelle est la valeur de la vie si la vie n’a pas de prix? La femme que je suis n’a pas choisi d’être femme, mais vous, vous avez fixé à ma condition un prix…

C’est une histoire dans la grande,
C’est une mise en abîme,
C’est mon histoire dans le temps,
Dans un espace plutôt intime.

C’est une orpheline qui déclame ses drames devant vous messieurs mesdames, c’est une mère qui crie dans ce slam, je suis une fille, une épouse, une soeur, une mère, mais surtout je suis une femme.

Huitième merveille on me proclame Ironie, vu que mes entrailles, on les condamne Affaires de dames disent-ils, cette tâche rouge sur ma jupe, puis cette odeur caractéristique …

Sujet tabou, ils préfèrent plutôt parler d’amour, ils préfèrent parler de tout sauf de la porte par laquelle les hommes voient le jour. Quelle est la valeur de la vie si la vie n’a pas de prix ?
La femme que je suis n’a pas choisi d’être femme, mais vous, vous avez fixé à ma condition un prix.

Un prix que je ne suis pas toujours capable de payer, là dans ma petite campagne, ma houe ne m’essuie pas quand je suis en train de saigner petits tissus de pagnes je suis obligée de porter,
appelant moi même les maladies qui pourraient m’emporter…

Alors messieurs, si naître femme est un crime, moi je plaide coupable,
Mais si le droit peut me permettre de manger à votre table, je proteste contre payer l’impôt pour être une femme, payer au dessus de ce que je peux tirer de mes ventes,

Etre relayée au rang de ce qui importe le moins, car du sang coule entre mes jambes je proteste contre cette société qui cherche à redresser l’homme sans avoir dresser le fils.
Comment espérer récolter la vertu alors qu’on a semé le vice ?

C’est une histoire génitale
C’est une mise en rime
C’est la réalité de toutes les femmes
Dans leur dignité la plus intime

Sujet tabou, ils préfèrent plutôt parler d’amour, ils préfèrent parler de tout sauf de la porte par laquelle les hommes voient le jour. Quelle est la valeur de la vie si la vie n’a pas de prix ? La femme que je suis n’a pas choisi d’être femme, mais vous, vous avez fixé à ma condition un prix… Alors je proteste.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page