Economie Entrepreunariat

Ginette Karirekinyana: Nouvelle image de la CFCIB

Qui est KARIREKINYANA Ginette?

Vice-présidente de la CFCIB (Chambre Fédérale du Commerce et d’Industrie du Burundi), Madame KARIREKINYANA Ginette est universitaire, chercheure, femme d’entreprise. Elle est la deuxième femme à occuper cette fonction au sein de la CFCIB depuis sa création il y a 30 ans. Elle est née et grandi à KAMENGE au nord de la Capitale Economique du Burundi dans une famille de sept enfants dont elle est la 5ème enfant. Ses parents sont décédés en 2016. Elle a fait ses études primaires, secondaires au Burundi. Elle a continué ses études universitaires au Cameroun, au Liban et au Canada où elle a passé la majeure partie de sa vie professionnelle en tant que Chercheure professionnelle avant de rentrer au Burundi en 2014. Elle est religieusement mariée avec Monsieur NGABO Léonce.

Qu’est-ce que KARIREKINYANA Ginette aime?

Elle aime beaucoup le travail et c’est pas nécessairement pour de l’argent. Sa mission est de motiver les autres à aimer et bénéficier des résultats de son travail de recherche et entrepreneurial. Elle estime avoir acquis beaucoup de connaissances qu’elle partage avec les autres. Elle les fait fructifier en affaires. Après le travail, elle aime regarder la télé, fait la natation et s’adonne parfois à l’adoration (prière). Elle a aussi un amour prononcé pour la famille.

Quelle est la motivation de Madame KARIREKINYANA Ginette en tant qu’entrepreneure?

Sa motivation est de travailler, servir, aider, innover et résoudre les problèmes humains comme ceux de santé publique, de nutrition et d’autres problèmes quotidiens. Elle aime le travail en équipe et en réseau. Elle est connectée à plusieurs réseaux nationaux, régionaux et internationaux. C’est donc une femme des relations humaines et professionnelles. En tant que fermme entrepreneure, elle est membre des chambres sectorielles et transversales dont l’Association des Femmes d’Affaires du Burundi (AFAB), CHASAA et Agri business. C’est à ce titre qu’elle s’est retrouvée candidate au poste de la vice-présidente de la CFCIB. Depuis juin 2019, elle y contribue avec joie et plaisir. Elle est au service de tout le secteur privé du Burundi.

Qu’est-ce que la CFCIB?

La CFCIB est une structure faitière ayant pour objectif d’initier, proposant et soutenant toutes les activités visant à améliorer l’environnement des affaires et du développement du secteur privé.
www.cfcib.bi

Quelle est la place de la femme dans la CFCIB?

Culturellement la femme n’était pas concernée par les affaires, la femme restait à la maison, s’occupant des travaux ménagers. Pourtant, quand on regarde comment les ménages fonctionnent, c’est elle la gestionnaire principale. Aujourd’hui les choses changent, la femme doit contribuer à subvenir aux besoins matériels de la famille. Ainsi elle doit s’affirmer par le pouvoir monétaire pour combler les besoins de sa famille. Pour atteindre son autonomie financière, la femme doit intégrer le monde des affaires, du business et de l’entreprenariat.
La femme a le pouvoir de créer et devenir artiste, architecte, hôteliére, industrielle, commerçante etc. Les femmes sont massivement représentées en tant que membres des chambres sectorielles, transversales de la CECIB, Cependant, actuellement on a qu’une seule femme présidente d ‘ une sur plus de 14 chambres. La plupart des femmes font le commerce informel, transfrontalier, elles sont présentes dans les affaires mais à une faible proportion. Au niveau de l’API, 18% seulement des investisseurs femmes sont enregistrés comme cheffes d’entreprise

La contribution de KARIREKINYANA Ginette dans la promotion de la femme comme l’entrepreneure.
Elle s’implique dans la visibilité de la femme à laquelle elle accorde beaucoup d’importance, sans distinction des origines urbaines ou rurales. Elle se préoccupe des projets qui les concernent (les femmes). Elle doit elle-même s’assurer de la stabilité de sa position dans la CFCIB. En tant que femme, elle doit prouver trois fois qu’elle est capable de bien tenir les affaires et de bien mener des projets qu’on lui confie au sein de la CFCIB.

La valeur ajoutée de KARIREKINYANA Ginette à apporter à la CFCIB en tant que femme.

Elle travaille fort pour maintenir une confiance réciproque avec les hommes et les femmes, membres de la CFCIB à travers les chambres sectorielles. Il est important que tous les opérateurs économiques (petits, moyens et grands, ruraux et urbains) du secteur privé intégre la CFCIB. Il faut qu’ils travaillent en réseaux. La CFCIB existe pour eux. En effet «l’union fait la force». Dans le bureau de Madame Ginette Karirekinyana, elle fait visiblement la promotion de la femme artiste à travers son décor. N’est -ce pas que la femme a toujours le sens du beau! C’est une créatrice née. Elle est très attachée à la terre car 90% de la population burundaise sont des agriculteurs dont la plupart sont des femmes. En tant que vice-présidente, elle travaille avec la femme rurale et elle est trés connectée à elle, c’est pour cela qu’elle favorise la décentralisation de la CFCIB jusqu’aux provinces pour accompagner les ménages du monde rural.

Pourquoi l’existence d’un Seule Présidente de la CFCIB depuis sa création

Depuis 45ans d’activités, la CFCIB n’a jusqu’ici connu que Mme Ndayishimiye Consolate comme femme au poste de la présidence. De plus cette structure n’a jamais eu une femme au poste de Sécretaire Général. Ginette Karirekinyana constate qu’elle est la deuxième femme, vice-présidente de la CFCIB. La cause principale est qu’au niveau des chambres sectorielles, peu de femmes osent poser des candidatures. Espérons que dans l’avenir les femmes vont émerger et postuler aux postes de représentation au sein de la CFCIB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *